26/05/2006

Province d'Anvers

 

Anvers, province d' (en néerlandais Antwerpen), province du nord de la Belgique, en région flamande, à la frontière avec les Pays-Bas.

La province a pour chef-lieu la ville d'Anvers, et est divisée en trois arrondissements: Anvers, Malines et Turnhout. La langue dominante est le néerlandais.

La province d'Anvers s'étend sur une plaine dont la partie orientale forme l'ouest de la Campine, région sablonneuse aux terres pauvres et parfois marécageuses. Elle est traversée par plusieurs cours d'eau et de nombreux canaux: la Dyle, l'Escaut (dont l'estuaire forme la limite nord-ouest de la province), le canal Albert ou encore le canal de Willebroek.

Du point de vue agricole, la province d'Anvers, exploitée en petites exploitations à faire-valoir direct, bénéficie des bonnes terres des polders de l'Escaut, tandis que les terres sablonneuses de Campine ne peuvent être cultivées et sont laissées en landes de bruyère et en pinèdes. La province doit sa puissance économique à l'industrie, qui dépend largement des activités du port d'Anvers. Celui-ci est le quatrième port mondial après Rotterdam, NewYork et Londres. Il assure les 4/5e du commerce belge. Son «!hinterland!» s'étend même bien au-delà de la province d'Anvers grâce aux canaux et au réseau de transport (autoroutes, voies de chemin de fer, tunnels passant sous l'Escaut) en étoile qui lui apporte des marchandises de toute la Belgique, mais aussi d'Allemagne notamment. Le port d'Anvers s'étend sur plus de 2100hectares de bassins bordés par 120km de quais, et la surface des terrains industriels qui l'entourent est de 3600hectares. En 1989 a été mise en service la plus grande écluse du monde, celle de Berendrecht. Les principaux produits d'exportation sont les engrais, les produits sidérurgiques, les produits chimiques, les ciments, tandis qu'à l'importation le port reçoit surtout du charbon, des produits pétroliers, des minerais, des grains ou encore des matières premières chimiques. Autour des activités portuaires, et souvent dépendant totalement d'elles, une industrie variée s'est développée: constructions métalliques, agroalimentaire (produits tropicaux), pétrochimie (nombreuses raffineries) débouchant sur la production de textiles synthétiques et de produits photographiques, industrie chimique (produits pharmaceutiques), industries du meuble, des métaux non ferreux et du radium, industrie diamantaire (dans le quartier juif d'Anvers sont taillés plus de 50p.100 des diamants du monde), chantiers navals. L'exploitation du charbon de Campine, dont le bassin houiller était exploité depuis le XIXesiècle, s'est aujourd'hui arrêtée. Un Centre d'Etudes Nucléaires est installé à Mol depuis 1952, redynamisant quelque peu la Campine. Enfin, le tourisme est assez actif à Anvers, grâce au patrimoine historique et culturel de la ville: plus grande cathédrale gothique de Belgique, décorée d'œuvres de Rubens, qui vécut dans la ville, nombreux musées d'art.

 

 

Histoire

La province d'Anvers appartint au XIIIe siècle aux ducs du Brabant. La ville d'Anvers obtint en 1312 une charte qui fit d'elle une commune démocratique. La première bourse de commerce d'Europe y fut fondée en 1460. Au XVIe siècle, la région profita du rôle dominant de la ville, qui était alors la plus grande du monde et qui resta pendant longtemps un très grand centre culturel et artistique. Les luttes religieuses amorcèrent le déclin de la région, considérablement aggravé par le traité de Münster, l'un des traités de Westphalie en 1648, imposant la fermeture des bouches de l'Escaut. Elles ne furent rendues à la navigation qu'en 1795, après l'annexion de la Belgique par la France. La province correspondit alors au département des Deux-Nèthes. Napoléon, conscient de l'importance stratégique du port d'Anvers dans sa lutte contre l'Angleterre, y créa un arsenal de marine, et Carnot défendit la ville en 1814. À la chute de l'Empire, Pays-Bas et Hollande se disputèrent la ville. Après la proclamation de l'indépendance de la Belgique, la province d'Anvers fut défendue contre les Hollandais grâce à l'intervention des Français (1832).

 

Une légende

Au milieu de la Grand'place se trouve Brabo, la statue d'un homme qui jette une grande main.

Cette statue date de 1887 et est de la main de Jef Lambeaux. Remarquez que l'eau n'est pas récupérée dans un bassin, mais coule simplement sur la place.

Cette statue a un rapport avec la légende qui procura à Anvers son nom. Voici l'histoire: Autrefois un terrible géant (Druoon Antigoon) habitait sur les rives de l'Escaut. Tous les bateliers devaient lui payer une taxe pour pouvoir naviguer sur l'escaut. S'ils ne le payaient pas, il leur hachait la main. Mais heureusement qu'il y avait le soldat romain Silvio Brabo, qui tua le géant. Selon la légende le soldat hacha la main du géant et la jeta dans l'Escaut. D'ou le nom :en néerlandais "hand = main ,werpen = jeter ou Antwerpen.

Cette légende est fausse. En réalité le nom Antwerpen provient de 'Aan de werpen', ce qui signifie "près des digues", ou de 'Aan't wef', qui signifie "près des chantiers navals".

Le symbol des mains se retrouve dans le blason Anversois, et dans toute sorte de bonnes choses, (pensez aux Antwerpse handjes = petites biscuits en forme de mains).

 

 

Anvers:

Ville bouillonnante et historique sur les rives du Scheldt. La Cathédrale de Notre Dame (14e-16e siècle) vaut le détour, aussi bien pour son architecture que pour les chefs-d'ouvre de Rubens qu'elle abrite. Parmi les autres attractions figurent le Musée Royal des Beaux-Arts, où vous trouverez l'une des plus belles collections au monde d'oeuvres de Pierre Paul Rubens, ainsi que 1.000 autres tableaux de maîtres et 1.500 oeuvres plus récentes; la Maison de Rubens, une superbe bâtisse du 17e siècle où vécut et travailla le célèbre peintre, abritant quelques toiles du maître et de ses collaborateurs, et une multitude d'autres musées et églises. En dépit du caractère romantique apparemment évident de Bruges, la ville d'Anvers est considérée comme l'endroit idéal pour passer de beaux moments à deux, si l'on peut croire le quotidien britannique The Independent: "En entrant dans la ville, 40 minutes après l'arrivée de l'Eurostar à Bruxelles, par la gare anversoise rénovée pareille à une "cathédrale ferroviaire", vous n'êtes encore qu'au portes du plaisir".Ensuite, le journaliste chante les louanges du quartier des diamantaires, des musées à ne pas manquer, de la gastronomie abondante, des chocolateries séduisantes, des promenades en tandem et de la rive gauche qui permet une vue splendide sur la vieille ville, ou dans les yeux l'un de l'autre.

 

 

 

Port d'Anvers

 

 

Ecluse de Berendrecht

 

 

Chateau des ducs de Brabant Thurnout
 

Malines

 

 

15:15 Écrit par josiane meulders dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : province danvers |  Facebook |

Commentaires

ANVERS C'EST LA VILLE DE MES AMOURS...J0AIMERAIS TELLEMENT Y RETOURNER. C'EST SIMPLEMENT MERVEILLEUX!!!

Écrit par : URBIETA | 12/04/2010

Il y a des photo très belle.Il y a beaucoup de détail dans les texte. voila sais ce que je voulais dire! aurvoir! (-;

Écrit par : cath | 26/01/2013

Bonjour
Je suis étudiante a l'isalt et j4aimerais savoir les fêtes qu’il peut avoir à avers et ces alentour

Écrit par : BAKAYOKO BINTHOU YOUSSOUF | 09/03/2015

Les commentaires sont fermés.