26/05/2006

Province de Namur

 

Namur, province de (en néerlandais, Namen), province du sud de la Belgique, en Région wallonne, à la frontière avec la France. La province a pour chef-lieu la ville de Namur et est divisée en trois arrondissements: Dinant, Namur et Philippeville. La langue officielle est le français (dialecte wallon).

La province s'étend de part et d'autre de la Meuse. Au nord de la fracture suivie par la Meuse et la Sambre se trouve la Hesbaye, tandis qu'au sud de cet axe se situent les plateaux de basse Ardenne: Condroz, Famenne et Fagne. Outre la Sambre et la Meuse, la Lesse coule aussi dans la province.

Les activités agricoles sont très diversifiées. Au nord, on trouve surtout des grandes cultures (céréales, betteraves à sucre), ainsi que de l'élevage bovin. Au sud, les herbages et l'élevage bovin dominent. La basse Sambre et la Meuse, avec Namur à leur confluence, forment le principal axe industriel de la province. Les industries y sont diversifiées: verrerie, chimie lourde, agroalimentaire (les cultures de fraises de Wépion alimentent des confitureries). La province compte quelques autres sites industriels: des carrières sont exploitées dans la vallée de la Meuse!; à Gembloux, on fabrique des instruments chirurgicaux et des couteaux. Les activités tertiaires sont concentrées surtout à Namur, ville administrative, commerciale et universitaire. Le tourisme est relativement développé, notamment à Namur et Dinant, ou dans les paysages et sites naturels offerts par la vallée de la Meuse, en particulier. Deux importantes autoroutes (Charleroi-Liège et Bruxelles-Luxembourg) se croisent au nord de Namur et soutiennent les activités, notamment industrielles, de cette partie de la province.

 

Histoire

L'actuelle province appartint pour l'essentiel au marquisat de Namur, mais dépendit aussi en partie de l'évêché de Liège. En 1421, Jean III vendit son marquisat au duc de Bourgogne Philippe le Bon, qui le posséda effectivement à la mort de son ancien propriétaire en 1428. À la mort de Charles le Téméraire, il passa aux Habsbourgs par le mariage de Marie de Bourgogne et de Maximilien d'Autriche. Sa situation, à la frontière française, lui valut de nombreuses attaques, et la ville de Namur eut à subir plusieurs sièges, dont celui de 1692, mené par Vauban en présence de Louis XIV. La prise de la ville par la France à cette occasion fut célébrée par Boileau et Racine. En 1695, Guillaume III d'Orange-Nassau reprit cependant la ville, qui fut encore conquise et détruite de surcroît par les Français en 1746, avant d'être rendue à l'Autriche en 1748. La Révolution française en fit à nouveau une place convoitée, qui échut finalement aux Français en 1794. Elle devint le chef-lieu du département de Sambre-et-Meuse. Après la chute de l'Empire en 1815, la région fut remise aux Pays-Bas. Elle revint finalement à la nouvelle Belgique indépendante en 1831, qui restaura la ville de Namur dans son rôle de place forte, ce qui lui valut de servir de point d'appui à la retraite de l'armée belge au début de la Première Guerre mondiale.

 

 Namur capitale de la Wallonie

A deux pas de Bruxelles, Namur attire le touriste et séduit l'homme d'affaires. Autour d'elle, c'est toute une région pleine de charme qui s'ouvre au monde. Depuis le 11 décembre 1986, Namur est la capitale de la Wallonie et de ses 3,5 millions d'habitants, au coeur de l'Europe des Régions. Le Gouvernement wallon a pris ses quartiers au bord du fleuve et le Parlement s'est installé juste en face, sur ce confluent de la Sambre et de la Meuse qui attire les hommes depuis la Préhistoire. La vallée de la Meuse, de Namur vers Dinant et la frontière française est une région agréable et assez touristique. De plus, à presque égale distance de Bruxelles, Liège ou Charleroi, elle est l'endroit idéal pour se déplacer en Wallonie et sur l'axe Nord-Sud vers les Ardennes et le Luxembourg. Sa situation au confluent de la Meuse et de la Sambre, et au pied de la colline de la Citadelle explique son évolution urbaine, depuis l'époque romaine à nos jours. Elle a pu conserver, en son centre, ses façades et monuments des 18e et 19e siècle et ses toits d'ardoise et donc un joli patrimoine architectural. Ces différentes caractéristiques en font une ville de qualité de vie très privilégiée. Le fait de ne compter aucun bastion industriel a évité à la région les affres des inévitables fermetures et restructurations douloureuses. Et pendant ce temps s'est tissé un maillage de petites et moyennes entreprises oeuvrant, pour beaucoup, dans le secteur tertiaire, en ce compris de nombreux commerces et écoles (université, école supérieure de musique, écoles techniques, écoles secondaires). Progressivement, la province a acquis une vocation de centre de services, d'échanges commerciaux et d'accueil touristique. Les PME peuvent naturellement compter sur leur savoir-faire, leur capacité d'adaptation et de créativité, la collaboration vivante de deux centres universitaires de renommée internationale. Mais de plus, le dynamisme ambiant relayé par les pouvoirs publics les incite à sortir d'elles-mêmes et à s'ouvrir sur le monde. Celui qui, une seule fois, s'est arrêté dans la province de Namur garde d'abord, comme une empreinte sur la peau, le souvenir de sa beauté. La langueur de la Meuse, les ventres ronds du Condroz, les rires des vallées, le frémissement des blés bercés par la Hesbaye, la force de la Famenne et de l'Ardenne, ce relief, loin d'être fade, n'agresse jamais. Les villages sont au diapason de cette harmonie et même les villes ont réussi à conserver, au-delà de la beauté de leurs monuments et sites, ces petits riens de douceur qui font tout. Mais de torpeur, point. S'il n'était tonique, ce charme ne retiendrait pas. Or, la population de la province augmente et la proportion des jeunes de moins de vingt ans y est supérieure à la moyenne du pays. Le Namurois entend bouger et créer. Du cinéma au chant choral en passant par la poésie, le saxophone, les arts forains, la guitare et même le rire : une dizaine de festivals de renommée internationale ont, par exemple, vu le jour dans la province. Toute proche de Bruxelles, capitale de l'Europe, bien servie en axes routiers, ferroviaires et fluviaux, abritant de surcroît la capitale wallonne, la région namuroise est aussi riche de milliers d'entreprises.

 

 

 

Dinant

 

 

 

Profondville

 

Ile d’Yvoir

 

 

16:27 Écrit par josiane meulders | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : province de namur |  Facebook |

Commentaires

3000 photos de Namu

Écrit par : Delwiche | 22/03/2007

La photo du parlement a été retouchée, non ? Les couleurs ne sont pas comme cela, normalement (Ca donne bien, ceci dit)

Écrit par : Val | 25/03/2008

La Meuse à Namur Renseignements destinés aux usagers de la voie navigable et de ses dépendances....à Namur
Nombreux liens...
Lien vers autre Blog "Meuse namuroise"

Écrit par : Alain PASCAL | 04/01/2009

Les commentaires sont fermés.