26/05/2006

Province du Brabant flamand


Brabant flamand (en néerlandais, Vlaams Brabant), province du centre de la Belgique, en Région flamande. La province a pour chef-lieu Louvain (en néerlandais, Leuven) et est divisée en deux arrondissements : Louvain et Halle-Vilvoorde. La langue dominante est le néerlandais, exception faite de l'enclave bilingue de Bruxelles-Capitale et de six communes à minorité linguistique protégée, dans lesquelles les francophones sont en réalité majoritaires.

La province s'étend sur une plaine et sur les premiers plateaux qui annoncent le massif ardennais, au nord de la Hesbaye, le relief s'élevant donc progressivement du nord vers le sud. Au nord-ouest, le Pajotteland présente une alternance de champs ouverts sur les «!reliefs!» et de bocage dans les dépressions et vallées. Au nord-est, la Campine brabançonne a conservé de petits espaces boisés colonisés par les habitants de la capitale toute proche. À l'est, le Hageland présente un paysage de collines. La Dendre, la Dyle et la Senne drainent la province, où coulent également des canaux, notamment l'important canal de Willebroek reliant Bruxelles à Anvers.

Le nord de la Hesbaye est voué surtout à la culture fruitière, tandis que l'horticulture est associée à l'élevage du gros bétail dans le Pajotteland. Le nord de la province est dans l'ensemble spécialisé dans les constructions métalliques et la chimie, comme à Vilvoorde et Machelen. En revanche, le Sud abrite des industries diversifiées (agroalimentaire, chimie, constructions électriques) comme à Aarschot, à Halle, à Louvain (principal pôle industriel) ou à Sint-Pieters-Leeuw. La province subit dans le domaine industriel comme dans bien d'autres l'influence de Bruxelles, autour de laquelle tend à s'organiser une ceinture d'activités, et qui commande tout le réseau de transport. Plusieurs villes de la province sont des lieux de pèlerinage, comme Scherpenheuvel ou Halle, qui est aussi une ville de carnaval. Louvain est la ville la plus touristique du fait de sa réputation culturelle (elle abrite toujours une prestigieuse université) et de ses monuments intéressants (hôtel de ville, édifices religieux et musées d'art).

 

Histoire

Les comtes de Louvain érigèrent le Brabant en duché au XIIe siècle. Il passa par héritage à la maison des Valois-Bourgogne en 1406, avant de revenir en 1430 au duc de Bourgogne Philippe III le Bon. À l'instar d'une partie des autres possessions bourguignonnes, il fut transmis à la mort de Charles le Téméraire à la maison d'Autriche, grâce au mariage de Marie de Bourgogne et de Maximilien d'Autriche (1477). Lorsque Charles Quint renonça aux Pays-Bas en faveur de son fils Philippe II d'Espagne, le Brabant subit la présence espagnole (mi-XVIe-XVIIe siècles). Le traité d'Utrecht de 1713 reconnut aux Habsbourgs d'Autriche la possession de cette partie du Brabant. À la fin du XVIIIe siècle, il fut annexé par la France, puis, à la chute de l'Empire, par les Pays-Bas, avant d'être récupéré par la Belgique indépendante (1830). Celle-ci divisa la province en deux, une partie flamande et une partie wallonne.

 

 

Louvain

Louvain jouit depuis des siècles d’une renommée enviable grâce à son université, la plus vieille et la plus grande du pays, même après le transfert en 1968 de la section francophone vers Louvain-La-Neuve et Woluwe. Louvain est une ville en pleine mutation. Devenue chef-lieu de province du Brabant flamand en 1995, elle retrouve la place qui fut autrefois la sienne dans le duché de Brabant. Louvain a tous les atouts pour redevenir une capitale au sens large du terme.  Fonske -l’étudiant statufié-, source de sagesse et depuis 1975 symbole de la ville, en a pris une autre dimension.

Le centre de Louvain est nettement dominé par les bâtiments universitaires dans une harmonie parfaite avec l’hôtel de ville et l’église Saint-Pierre. Les plus imposants sont la monumentale bibliothèque universitaire, surmontée d’une tour de 85 mètres renfermant un carillon, les halles historiques et certains bâtiments facultaires. Mais l’université possède aussi un campus scientifique dans les environs verdoyants du château d´Arenberg à Heverlee. Louvain est, à côté de l’aéroport de Zaventem, le principal employeur de la province.

 

 

 

 

 

 

 

Le canal de Willebroek

 

 

Bruxelles-Capitale,

 

Région du centre de la Belgique, formant une enclave dans la province du Brabant flamand. La région de Bruxelles-Capitale a pour chef-lieu Bruxelles et ne forme qu'un arrondissement. Elle rassemble 19 communes : Anderlecht, Auderghem, Berchem-Sainte-Agathe, Bruxelles, Etterbeek, Evere, Forest, Ganshoren, Ixelles, Jette, Koekelberg, Molenbeek-Saint-Jean, Saint-Gilles, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre. Elles forment une enclave bilingue (français-néerlandais) en région flamande.

La région de Bruxelles-Capitale occupe un espace restreint et totalement urbanisé, situé sur un bas plateau traversé par la Senne. Celle-ci est reliée au Rupel par un important canal, qui se prolonge au sud vers Charleroi.

La région de Bruxelles-Capitale est le principal pôle industriel, administratif, politique et culturel de Belgique. Les industries sont très diversifiées. Bruxelles même constitue le cinquième port du pays. La plupart des activités industrielles de la région se trouvent à proximité du port et des canaux, essentiellement dans les secteurs nord et ouest, le Sud et l'Est étant plus résidentiels et agrémentés d'espaces verts. La ville de Bruxelles pèse très lourd dans l'industrie nationale: elle développe des industries agroalimentaires et surtout concentre le tiers des activités liées à la confection, ainsi que le quart de l'industrie chimique (savons, peintures, pharmacie) et des constructions mécaniques (montage automobile, matériel ferroviaire, appareillage électrique, radio-télévision) et 40p.100 des activités de l'imprimerie. Parmi les communes de la région, certaines accueillent également des industries variées, principalement Anderlecht (industries chimiques, textiles, agroalimentaires et constructions mécaniques), Berchem-Sainte-Agathe (industrie chimique pour la fabrication de caoutchouc, confection), Evere (électronique, technologies nouvelles), Forest (construction automobile, savonnerie, textile), Ganshoren (fonderie), Koekelberg (agroalimentaire), Molenbeek-Saint-Jean (agroalimentaire), Uccle (constructions électriques) ou Woluwe-Saint-Pierre (chimie fine). La région accueille la majorité des sièges sociaux des entreprises belges. À cette fonction économique s'ajoute un rôle politique important: Bruxelles est la résidence du roi des Belges et accueille plusieurs institutions communautaires (Conseil des ministres, Commission de l'Union européenne) ou internationales (Conseil de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord). C'est un pôle tertiaire important: nombreuses administrations, commerces, hôpitaux, etc. La région est un centre culturel et universitaire de premier plan. Le tourisme y est actif, notamment à Bruxelles, ville riche en monuments et en musées d'art. Siège d'un archevêché, Bruxelles joue également un rôle religieux considérable. Le réseau de transports est à la hauteur de ces multiples fonctions. Un réseau routier et ferroviaire en étoile dessert la région, l'axe principal étant l'axe«!ABC!», Anvers-Bruxelles-Charleroi, ajoutant la voie navigable à la route et au rail. Au nord-est se situe l'aéroport international de Zaventem.

 

Histoire

À la fin du Xe siècle, le duc de Basse-Lotharingie fortifia une île de la Senne. Le site, marécageux, prit le nom de Bruocsella, la «!maison dans le marais!». Étape entre Cologne et la Flandre, la ville développa au Moyen Âge une industrie drapière et se fortifia au XIIe siècle. Sous la domination des ducs de Bourgogne, Bruxelles devint un centre artistique actif, et on y produit des tapisseries réputées. En 1516, Charles Quint y fut couronné et, durant le XVIe siècle, Bruxelles remplaça peu à peu Malines comme siège du gouvernement central des Pays-Bas. Ainsi, en 1555, ce fut encore à Bruxelles que Charles Quint transmit à son fils Philippe II d'Espagne ses pouvoirs sur les Pays-Bas. La période de domination qui s'ouvrit alors fut marquée par des révoltes, notamment celles du comte d'Egmont et du comte de Hornes contre l'envoyé de Philippe II, le duc d'Albe. En 1695, la ville fut assiégée par le maréchal de Villeroi sur ordre de Louis XIV qui voulait ainsi libérer Namur assiégée. Elle fut largement détruite à cette occasion. Charles de Lorraine  contribua alors beaucoup à son embellissement. Annexée par les Français en 1795, la région forma le département de la Dyle, avec Bruxelles pour chef-lieu. À la chute de l'Empire (1815), elle partagea, avec La Haye, le rôle de capitale des Pays-Bas. En 1830, elle fut le point de départ de la révolution qui déboucha sur l'indépendance de la Belgique. Bruxelles devint alors la capitale du nouvel État, et le roi Léopold Ier y fit son entrée solennelle le 21 juillet (date devenue fête nationale) 1831. La ville et ses alentours prirent alors un essor considérable et devinrent un centre culturel et politique actif qui accueillit l'Exposition universelle de 1958. Dans la querelle linguistique qui divisa très tôt la Belgique, Bruxelles et ses environs occupèrent rapidement une place particulière!; en 1932, Bruxelles conserva le bilinguisme alors que le reste du pays voyait la mise en place de l'unilinguisme régional. En 1963 puis en 1977 fut décrété le statut particulier des 19 communes de la province de Bruxelles-Capitale, qui devint l'une des quatre régions linguistiques du pays (flamande, wallonne, cantons de langue allemande et Bruxelles).

 

Histoire du manneken pis

Un riche bourgeois avait égaré son jeune fils dans la foule au cours de festivités organisées à membre de facto de plusieurs confréries ...Bruxelles... Après cinq jours de recherches infructueuses, l'enfant a été retrouvé, urinant ° avec désinvolture au coin de la rue de l'Étuve. Le père, reconnaissant, a alors financé la construction d'une fontaine ornée d'une statuette en bronze se livrant à la même occupation... Manneken-Pis (le "petit Julien" national) est le "premier" personnage de Bruxelles: il a même préséance sur le Bourgmestre de la capitale de l'Europe ! Il est membre de facto de plusieurs confréries ...

Bruxelles

Capitale de la Belgique et centre de l'Union Européenne et de l'OTAN. Parmi les principaux monuments de Bruxelles figurent la Cathédrale St Michel et Ste Gudule (13e-16e siècle) et la célèbre Grand-Place au coeur de la ville. Vous y trouverez l'Hôtel de Ville du début du 15e siècle et la Maison du Roi, abritant le Musée Municipal. Bruxelles compte également parmi d'autres attractions le Mont des Arts, un parc reliant la ville haute à la ville basse; l'élégante Place Royale, et des dizaines de musées intéressants, dont le Musée d'Art Ancien et le Musée d'Art Moderne.

                                        
 

 

 

 

 

 

 

15:17 Écrit par josiane meulders | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : province du brabant flamand |  Facebook |

Commentaires

Voila un blog qui commence bien. Ah, l'histoire.

Écrit par : biglodion | 26/05/2006

je trouve ce blog bien mais bon voila quoi

Écrit par : Van Roey Camille | 07/04/2008

Utilisation inappropriée d'une image Dans ce post, vous utilisez la photo suivante :
http://www.azurs.net/photoblogv0/a/2004/06/palais.html
Sans toutefois citer la source.
Merci de placer un lien vers http://www.azurs.net/ pour vous conformer à notre licence ( http://www.azurs.net/photoblogv0/a/2004/06/bruxelles_palais_royaljpg.html ).

Écrit par : Thomas | 31/08/2008

super article

Écrit par : kasbah maroc | 08/04/2012

Très chouette moi qui dois faire un expo sur la belgique mais pour les autre expo je ne vous dis pas...

Écrit par : Amélie | 18/03/2014

Les commentaires sont fermés.